ESPACE CONNAISSEUR

L’horlogerie désigne l’industrie de tout ce qui concerne les objets du temps. Le glossaire horloger s’est enrichi de nombreux mots de vocabulaire.
C’est pourquoi nous vous mettons à disposition ce glossaire illustré, afin de mieux appréhender les différents éléments qui le composent.

Calendrier

Calendrier simple: affiche le quantième (date ou numéro d’ordre de chaque jour du mois). Parfois, il affiche le nom du mois de l’année en plus du quantième. Le mécanisme du calendrier simple fonctionne au moyen d’un seul disque ou au moyen de deux disques quand il s’agit d’une Grande Date.

Calendrier complet: affiche le quantième, le nom du jour de la semaine, le nom du mois et les phases de la Lune (nouvelle et pleine lunes intercalées des premier et dernier quartiers). Souvent l’âge de la Lune (nombre de jours écoulés depuis la nouvelle Lune) est mentionné. Le calendrier complet fonctionne au moyen de 3 disques ou 4 pour la Grande Date, voire au moyen de 4 pour des montres à Phases de Lune.

Calendrier Annuel

Calendrier annuel simple, complet ou partiel, tenant automatiquement compte des mois d’une durée inférieure à 31 jours mais pas des années bissextiles. Il doit être corrigé 1 fois par an.

Calendrier Perpétuel

Montre à calendrier perpétuel ou Quantième Perpétuel (Q.P.) : tient compte automatiquement des mois de 31 et de 30 jours et de la durée du mois de février, que l’année soit ou non bissextile. Sauf si la montre prévoit les années de changement de siècles non bissextiles, il devra être corrigé en 2100, 2200, 2300 mais pas en 2400.

Les cadrans « 48 mois » correspondent aux trois années communes et à une année bissextile et sont issus de ceux des montres de poche. Les cadrans « 12 mois », plus lisibles, indiquent les années communes et l’année bissextile par aiguille ou par guichet.

ATM (Atmosphère)

Terme utilisé pour indiquer l’étanchéité d’une montre, faisant référence à la pression atmosphérique de référence de 1013 hectopascals soit ~1bar.

Détermine donc la résistance de cette montre à la pression. Différentes appellations : 10 atm = 10 bar = 100 mètres

Réserve de marche

Temps de fonctionnement restant avant l’armage du ressort moteur de la montre.

Chronographe

Montre indiquant heures, minutes et secondes, complétée d’un mécanisme dont l’aiguille mise en marche, arrêtée et remise à zéro à la demande permet de mesurer au cinquème, dixième voire centième de seconde la durée d’un phénomène. Des compteurs de minutes et d’heures (généralement 30 minutes et 12 heures) totalisent le nombre de tours de l’aiguille du chronographe. L’enregistrement sur une telle durée ne peut être exact que si la montre répond aux exigences de précision du label « chronomètre ».

Squelette

Mouvement dans lequel la platine, les ponts ainsi que certaines parties ont été ajourées pour laisser voir les organes de la montre. Le mouvement est placé entre deux glaces saphir afin d’être visible.

Tachymètre

Instrument de mesure des vitesses.

En horlogerie, compteur de sport ou chronographe muni d’une échelle qui permet de lire la vitesse en km/h ou en une autre unité.

Répétition

Montre à sonnerie, qui indique les heures par une sonnerie lorsque l’on actionne un poussoir ou un verrou.

Il y a plusieurs sortes de répétitions :

– Les répétitions à quarts et à demi-quarts 

La montre sonne les quarts et à la demande. La paternité de cette innovation, apparue en Angleterre vers 1675, est à partager entre Edward Barlow, Thomas Tompion et Daniel Quare lequel obtint un brevet en 1687. La montre est dite « à répétition à quarts » lorsqu’elle sonne à la demande les quarts écoulés sur deux timbres. Les répétitions à demi-quarts indiquent, grâce à un coup bref sonné sur un seul timbre, le dépassement de la moitié du quart suivant.

– Les répétitions à cinq minutes

Ce système consiste à faire retentir le double timbre pour sonner les heures, les quarts, et les cinq minutes. Ce double timbre retent un maximum de onze fois dans une heure.

– Les répétitions à minutes

Dans les toutes premières années du 18e siècle (1700-1710), des mécanismes qui permettent d’indiquer précisément les minutes écoulées apparaissent notamment en Allemagne du Sud. La tradition a longtemps voulu que « grande sonnerie » lorsqu’elle sonne au passage les heures et les quarts en répétant les heures à chaque quart, et, à la demande, répète les heures, les quarts et les minutes. La « petite sonnerie », qui peut être associée parfois à sa grande soeur, se « contente » de sonner automatiquement les heures et les quarts, mais sans répéter les heures aux quarts. Un verrou de blocage, dit « tout ou rien », ou plus simplement « silence » permet de désactiver la sonnerie.

Si l’invention des allumettes de sûreté en 1845 permet d’allumer sans risque bougies et autres lampes à pétrole pour enfin lire l’heure, la répétition minute va rester pour les maîtres horlogers un défi.

Rhabilleur

Personne qui répare (rhabille) les montres et les horloges. Un rhabilleur doit être un horloger de haut niveau.

Trotteuse

Qualifie l’aiguille des secondes. La grande trotteuse ou trotteuse au centre, est fixée au centre du cadran, la petite trotteuse sur un cadran spécifique.

Balancier

Dans une montre, pièce mobile, circulaire, qui oscille sur son axe de rotation. Le spiral qui lui est accouplé lui imprime un mouvement de va-et-vient, divisant le temps en portions rigoureusement égales. Chacun de ces allers-retours (« tic-tac ») est appelé oscillation. L’oscillation est divisée en deux alternances.

Composé d’une masse annulaire (serge) tenue par des bras, c’est avec le spiral l’organe régulateur de la montre.

Complication

Une complication désigne toute fonction autre que l’indication de l’heure, de la minute et de la seconde et ce quels que soient le mode manuel ou automatique de remontage d’une montre, de sa force motrice mécanique ou électrique et de l’épaisseur de son mécanisme. On admet toutefois que le tourbillon et le système de remontage automatique sont des complications bien qu’ils ne correspondent pas à la définition générique.

De nos jours, loin de répondre à un simple engouement, les complications ont permis de redécouvrir l’Art Horloger durant la décennie 1980 et depuis elles ont joué un rôle primordial dans le développement de la montre-bracelet de tradition. On distingue les complications horlogères et les complications non horlogères.

À signal sonore

– Top sonore
– Réveil/alarme
– Répétition à quarts
– Répétition à 10 minutes
– Répétition à 1/2 quarts
– Répétition à 5 minutes
– Répétition à minutes
– Sonnerie des heures et des demies au passage
– Grande sonnerie
– Petite sonnerie
– Silence

À signal tactile 

– Répétition à toc
– Répétition à tact

Indications astronomiques 

– Calendrier simple (complet ou partiel)
– Calendrier annuel simple (complet ou partiel)
– Calendrier (dit) perpétuel ou Quantième Perpétuel (Q.P.)
– Numéro d’ordre de la semaine
– Millésime
– Equation du temps
– Heures de lever et coucher du Soleil pour un lieu donné.
– Heure sidérale
– Déclinaison du Soleil
– Mouvement apparent des planètes
– Ligne des noeuds
– Carte du ciel en un lieu donné

Pour la mesure des temps courts

– Seconde morte
– Seconde morte indépendante
– Chronograph – chronoscope
– Tachymétrique (vitesse en un temps donné)
– Télémétrique (distance estimée d’après la vitesse du son)
– Asthmométrique (nombre de respirations par minute)
– Pulsométrique (nombre de pulsation cardiaques par minute)

De conception et de réalisation

– Tourbillon
– Remontage automatique

Complications

Tourbillon

Dispositif imaginé et breveté par Abraham-Louis Breguet en 1801 pour compenser les écarts de marche dus à la gravité terrestre dans les positions verticales. Il comprend une cage mobile qui porte tous les organes de l’échappement et, en son centre, l’organe régulateur.

Le pignon de la roue d’échappement tourne autour de la roue des secondes qui est fixe. La cage fait généralement un tour/minute, et compense en tournant les écarts de marche dans la position verticale, position habituelle de la montre de poche.

Ce mécanisme délicat et complexe compte parmi les combinaisons mécaniques les plus ingénieuses de l’horlogerie. Pour simplifier ce mécanisme et le rendre plus robuste, on a construit des montres dites à carrousel dans lesquelles le dispositif tournant est commandé, non pas depuis la roue des secondes, mais depuis la roue moyenne. Il existe des tourbillons à échappement à ancre ou à détente.

Calibre

Synonyme de dimension. En horlogerie ce terme est cité par Sully vers 1715 pour désigner la disposition et les dimensions des différentes parties du mouvement, piliers, roues, barillet, etc. Le terme a été employé ensuite pour désigner la forme du mouvement, des ponts, l’origine de la montre ou le nom de son constructeur, etc.

Aujourd’hui, il désigne le mouvement lui-même.

Un calibre dont les ponts et les rouages sont placés sous le cadran en lieu et place de la platine est appelé calibre renversé.

Calibre

Perpétuelle

Ancien terme, utilisé par Bréguet pour désigner une montre à remontage automatique.

Quantième perpétuel

Conçu pour répondre aux exigences du calendrier Grégorien, le quantième est dit perpétuel quand il tient compte automatiquement des mois de 30 et 31 jours et de 28 ou 29 jours en février. Il doit donc comporter une mémoire mécanique dont les séquences se répètent tous les 48 mois pour correspondre au cycle des années bissextiles. Il ne doit être ajusté que lors des années exceptionnellement non-bissextiles, c’est-à-dire en 2100 et 2400 pour les prochaines.

Remontage automatique

Mécanisme qui arme par l’intermédiaire d’un rotor le ressort moteur d’une montre bracelet en utilisant les mouvements du bras comme force motrice.

IMG_3459

HAUTE HORLOGERIE & COMPLICATIONS