fbpx
+212.522.36.27.05
Casablanca | Rabat | Marrakech | Mazagan Resort

Conseils des Horlogers

ESPACE CONNAISSEUR

Mystère est l’adresse incontournable au Maroc pour les montres et bijoux d’exception. Outre sa large gamme de garde-temps de grandes marques, La Maison Mystère propose des éditions limitées exclusives ou des pièces uniques qui ne peuvent être admirées que dans ses Boutiques.

Son Salon VIP au 1 étage de la Boutique Ain Harrouda à Casablanca est dédié aux amateurs de l’Horlogerie et aux collectionneurs passionnés de montres exclusives.

LES PLUS BELLES COMPLICATIONS

Le Quantième Perpétuel et Annuel

Le quantième perpétuel est une complication horlogère qui permet de tenir compte du fait que les 12 mois de l’année n’ont pas tous le même de nombre de jours, comme peut le faire un calendrier annuel. Mais le quantième perpétuel tient en plus compte des années bissextiles. Comme chacun sait, les mois comptent 30 ou 31 jours sauf le mois de février qui en compte 28 dans les années non bissextiles. Dans une année bissextile le mois de février compte 29 jours. Le terme “calendrier perpétuel” est synonyme de quantième perpétuel.

Avec un Quantième annuel ,le passage du 28 février au 1er mars nécessite une intervention manuelle lors des années non bissextile. Avec un quantième perpétuel, la date passera automatiquement du 28 février au 1er mars dans les années non bissextiles, et du 29 février au 1er mars dans les années bissextiles. Une seule correction manuelle devra être faite en l’année 2100, parce que les années séculaires (c’est-à-dire divisibles par 100) ne sont pas bissextiles. Le 1er mars 2100, le quantième affichera « 29 » et il faudra une intervention manuelle pour passer au 1er.

Le Tourbillon

Le Tourbillon, également appelé « cage tournante », est une complication horlogère, ajoutée au mécanisme d’échappement, destinée à améliorer la précision des montres mécaniques en contrebalançant les perturbations de l’isochronisme du balancier dues à la gravité terrestre. Ce mécanisme fut inventé par l’horloger français Abraham-Louis Breguet en 1801.

Ce dispositif est très complexe à réaliser, c’est pourquoi il n’équipe que très peu de montres mécaniques.

Il convient de le distinguer du carrousel avec lequel il peut être confondu. Ce dernier, inventé en 1892 par B. Bonniksen, s’il poursuit le même objectif et apparaît très semblable, repose sur une disposition mécanique différente. Après de nombreuses recherches (sur les termes et concepts repris dans le brevet du tourbillon notamment) et discussions avec confrontation des points de vues, on peut s’accorder en suivant la perspective de Joseph Florès que le critère fondamental qui signe un tourbillon est la présence d’un rouage fixe sur lequel engrène la cage du tourbillon. Par contre, un carrousel ne dispose pas de cette roue fixe et son fonctionnement repose plutôt sur le principe d’un différentiel amenant une rotation du carrousel par engrènement de deux rouages produisant un mouvement relatif entre eux qui diffère. Les critères de vitesse de rotation, ainsi que de positon (centrale ou excentrique) de l’axe de balancier sont maintenant non-pertinents pour les distingue

Le Chronographe

Une Montre indiquant heures, minutes et secondes, complétée d’un mécanisme dont l’aiguille mise en marche, arrêtée et remise à zéro à la demande permet de mesurer au cinquième, dixième voire centième de seconde la durée d’un phénomène. Des compteurs de minutes et d’heures (généralement 30 minutes et 12 heures) totalisent le nombre de tours de l’aiguille du Chronographe. L’enregistrement sur une telle durée ne peut être exact que si la montre répond aux exigences de précision du label « chronomètre ».

Le chronographe ne déposant plus comme à ses débuts de goutte d’encre sur son cadran devrait être appelé chronoscope.

L'équation du temps

Les montres à équation du temps affichent la différence entre le temps solaire «vrai» (celui de la nature) et le temps solaire «moyen» (celui de nos sociétés). Cette complication à la fois rare et poétique est le plus souvent associée à d’autres affichages astronomiques.

En tournant autour du soleil, la Terre décrit une trajectoire elliptique; de plus, son axe est incliné par rapport au plan de l’équateur. Le jour «vrai», c’est-à-dire l’intervalle de temps entre deux midis «vrais» (passages du soleil au point culminant dans le ciel) n’a donc pas la même longueur au cours de l’année. Il ne dure exactement 24 heures que quatre fois par an: le 15 avril, le 14 juin, le 1er septembre et le 24 décembre. Sinon, il est tantôt plus long, tantôt plus court, selon une courbe se reproduisant de manière immuable. Cette différence – qui va de moins 16 minutes 23 secondes le 4 novembre à plus 14 minutes 22 secondes le 11 février – est appelée «équation du temps».

La Fonction Rétrograde

Sur les affichages dits «rétrogrades», les aiguilles décrivent un arc de cercle avant de revenir instantanément à leur position initiale pour entamer une nouvelle course. Ce ballet incessant des aiguilles permet de créer des cadrans à la fois originaux et très spectaculaires.

La plupart des montres affichent le temps au moyen d’aiguilles tournant autour d’un axe. Mais certains horlogers ont laissé libre cours à leur inventivité en développant d’autres modes d’affichage. A la fin du XVIIe siècle, il existait des montres de poche dont l’aiguille des heures parcourait un arc de cercle durant la moitié de la journée, puis revenait à son point de départ pour débuter une nouvelle course. Ces mécanismes dits «rétrogrades» furent utilisés à la fin du XVIIIe siècle par Abraham-Louis Breguet pour des fonctions comme la date ou l’équation du temps. Après un relatif abandon, l’affichage rétrograde a fait son grand retour sur les montres-bracelets à la fin du XXe siècle. Il est très en vogue aujourd’hui et donne lieu à toutes sortes de variations esthétiques. Sur le plan technique, le système rétrograde ne constitue pas une révolution. La construction générale du mouvement reste la même, la différence se jouant au dernier stade, celui de l’affichage. La montre est dotée pour cela d’un mécanisme complexe de crémaillère, cliquets et ressorts qui nécessite une conception et une fabrication ultraprécises. L’affichage rétrograde peut s’utiliser pour divers types d’indications (heure, minute, date, etc.) et l’on voit fleurir les montres «birétrogrades» et «trirétrogrades». Son aspect est particulièrement spectaculaire quand il s’applique à des indications rapides comme la seconde. Les affichages rétrogrades sont très souvent utilisés en conjonction avec des affichages sautants.

La Répétition Minutes

La répétition minutes est la complication d’une montre capable de faire sonner les heures, les quarts et les minutes.

L’alternance de sons graves et de sons aigus

La répétition minutes est un mécanisme de complication implanté sur certaines montres avec la présence d’un petit train de rouage placé du côté du cadran. Pour pouvoir déclencher ce mécanisme, la montre doit également posséder un verrou ou un poussoir sur le côté de la boîte. Quand le mécanisme se met en route, deux marteaux tapant sur deux timbres vont produire soit des sons graves pour les heures (répétés autant de fois que nécessaire pour arriver à l’heure souhaitée), soit des sons aigus pour les minutes, soit l’alternance de sons graves et de sons aigus pour les quarts. Exemple pour 2 h 18 : son grave x 2 pour deux heures / son grave-son aigu x 1 pour un quart / son aigu x 3 pour trois minutes.

La Rattrappante

Chronoscope à deux aiguilles de Chronographe.

L’appareil permet de chronométrer des phénomènes commençant en même temps mais de durées différentes (épreuve sportive à plusieurs concurrents par exemple). Au moment du déclenchement, l’aiguille de chronographe et celle de la rattrapante sont superposées. Une pression sur le poussoir dédié à la rattrapante arrête celle-ci alors que l’aiguille de chronographe poursuit sa progression. Après lecture de la mesure, une deuxième pression sur le poussoir de la rattrapante libère celle-ci qui rejoint instantanément l’aiguille de chronographe toujours en marche et se synchronise avec elle.

La Foudroyante

Sur les chronographes, aiguille faisant une révolution en une seconde et s’arrêtant 4, 5, voire 8 fois pour indiquer quarts, cinquième ou huitième de seconde.

La seconde foudroyante, qui est également appelée diablotine, a pour fonction d’indiquer les fractions de seconde. Lors de sa création, elle indiquait seulement les quarts et les cinquièmes. Au fil des années, elle s’est développée et, de nos jours, elle tourne une fois par seconde en s’arrêtant pour indiquer les quarts, les cinquièmes, les huitièmes et les dixièmes de seconde. Cela permet une lecture de l’heure très précise. La seconde foudroyante fonctionne sur simple pression d’un poussoir. Pour la remettre à zéro, il suffit d’une seconde pression sur le poussoir. On la trouve sur les chronographes.

L'horlogerie désigne l'industrie de tout ce qui concerne les objets du temps. Le glossaire horloger s'est enrichi de nombreux mots de vocabulaire.
C'est pourquoi nous vous mettons à disposition ce glossaire illustré, afin de mieux appréhender quelques différents éléments qui le composent.

Je suis

Calendrier simple: affiche le quantième (date ou numéro d’ordre de chaque jour du mois). Parfois, il affiche le nom du mois de l’année en plus du quantième. Le mécanisme du calendrier simple fonctionne au moyen d’un seul disque ou au moyen de deux disques quand il s’agit d’une Grande Date.

Calendrier complet: affiche le quantième, le nom du jour de la semaine, le nom du mois et les phases de la Lune (nouvelle et pleine lunes intercalées des premier et dernier quartiers). Souvent l’âge de la Lune (nombre de jours écoulés depuis la nouvelle Lune) est mentionné. Le calendrier complet fonctionne au moyen de 3 disques ou 4 pour la Grande Date, voire au moyen de 4 pour des montres à Phases de Lune.

Calendrier annuel simple, complet ou partiel, tenant automatiquement compte des mois d’une durée inférieure à 31 jours mais pas des années bissextiles. Il doit être corrigé 1 fois par an.

Montre à calendrier perpétuel ou Quantième Perpétuel (Q.P.) : tient compte automatiquement des mois de 31 et de 30 jours et de la durée du mois de février, que l’année soit ou non bissextile. Sauf si la montre prévoit les années de changement de siècles non bissextiles, il devra être corrigé en 2100, 2200, 2300 mais pas en 2400.

Les cadrans « 48 mois » correspondent aux trois années communes et à une année bissextile et sont issus de ceux des montres de poche. Les cadrans « 12 mois », plus lisibles, indiquent les années communes et l’année bissextile par aiguille ou par guichet.

Terme utilisé pour indiquer l’étanchéité d’une montre, faisant référence à la pression atmosphérique de référence de 1013 hectopascals soit ~1bar.

Détermine donc la résistance de cette montre à la pression. Différentes appellations : 10 atm = 10 bar = 100 mètres

Mouvement dans lequel la platine, les ponts ainsi que certaines parties ont été ajourées pour laisser voir les organes de la montre. Le mouvement est placé entre deux glaces saphir afin d’être visible.

Instrument de mesure des vitesses.
En horlogerie, compteur de sport ou chronographe muni d’une échelle qui permet de lire la vitesse en km/h ou en une autre unité.

Montre à sonnerie, qui indique les heures par une sonnerie lorsque l’on actionne un poussoir ou un verrou.

Il y a plusieurs sortes de répétitions :

– Les répétitions à quarts et à demi-quarts 

La montre sonne les quarts et à la demande. La paternité de cette innovation, apparue en Angleterre vers 1675, est à partager entre Edward Barlow, Thomas Tompion et Daniel Quare lequel obtint un brevet en 1687. La montre est dite « à répétition à quarts » lorsqu’elle sonne à la demande les quarts écoulés sur deux timbres. Les répétitions à demi-quarts indiquent, grâce à un coup bref sonné sur un seul timbre, le dépassement de la moitié du quart suivant.

– Les répétitions à cinq minutes

Ce système consiste à faire retentir le double timbre pour sonner les heures, les quarts, et les cinq minutes. Ce double timbre retent un maximum de onze fois dans une heure.

– Les répétitions à minutes

Dans les toutes premières années du 18e siècle (1700-1710), des mécanismes qui permettent d’indiquer précisément les minutes écoulées apparaissent notamment en Allemagne du Sud. La tradition a longtemps voulu que « grande sonnerie » lorsqu’elle sonne au passage les heures et les quarts en répétant les heures à chaque quart, et, à la demande, répète les heures, les quarts et les minutes. La « petite sonnerie », qui peut être associée parfois à sa grande soeur, se « contente » de sonner automatiquement les heures et les quarts, mais sans répéter les heures aux quarts. Un verrou de blocage, dit « tout ou rien », ou plus simplement « silence » permet de désactiver la sonnerie.

Si l’invention des allumettes de sûreté en 1845 permet d’allumer sans risque bougies et autres lampes à pétrole pour enfin lire l’heure, la répétition minute va rester pour les maîtres horlogers un défi.

o.

Personne qui répare (rhabille) les montres et les horloges. Un rhabilleur doit être un horloger de haut niveau.

Une complication désigne toute fonction autre que l’indication de l’heure, de la minute et de la seconde et ce quels que soient le mode manuel ou automatique de remontage d’une montre, de sa force motrice mécanique ou électrique et de l’épaisseur de son mécanisme. On admet toutefois que le tourbillon et le système de remontage automatique sont des complications bien qu’ils ne correspondent pas à la définition générique.

De nos jours, loin de répondre à un simple engouement, les complications ont permis de redécouvrir l’Art Horloger durant la décennie 1980 et depuis elles ont joué un rôle primordial dans le développement de la montre-bracelet de tradition. On distingue les complications horlogères et les complications non horlogères.

À signal sonore

– Top sonore
– Réveil/alarme
– Répétition à quarts
– Répétition à 10 minutes
– Répétition à 1/2 quarts
– Répétition à 5 minutes
– Répétition à minutes
– Sonnerie des heures et des demies au passage
– Grande sonnerie
– Petite sonnerie
– Silence

À signal tactile 

– Répétition à toc
– Répétition à tact

Indications astronomiques 

– Calendrier simple (complet ou partiel)
– Calendrier annuel simple (complet ou partiel)
– Calendrier (dit) perpétuel ou Quantième Perpétuel (Q.P.)
– Numéro d’ordre de la semaine
– Millésime
– Equation du temps
– Heures de lever et coucher du Soleil pour un lieu donné.
– Heure sidérale
– Déclinaison du Soleil
– Mouvement apparent des planètes
– Ligne des noeuds
– Carte du ciel en un lieu donné

Pour la mesure des temps courts

– Seconde morte
– Seconde morte indépendante
– Chronograph – chronoscope
– Tachymétrique (vitesse en un temps donné)
– Télémétrique (distance estimée d’après la vitesse du son)
– Asthmométrique (nombre de respirations par minute)
– Pulsométrique (nombre de pulsation cardiaques par minute)

De conception et de réalisation

– Tourbillon
– Remontage automatique

Mécanisme qui arme par l’intermédiaire d’un rotor le ressort moteur d’une montre bracelet en utilisant les mouvements du bras comme force motrice.

Temps de fonctionnement restant avant l’armage du ressort moteur de la montre.

Qualifie l’aiguille des secondes. La grande trotteuse ou trotteuse au centre, est fixée au centre du cadran, la petite trotteuse sur un cadran spécifique.

Dans une montre, pièce mobile, circulaire, qui oscille sur son axe de rotation. Le spiral qui lui est accouplé lui imprime un mouvement de va-et-vient, divisant le temps en portions rigoureusement égales. Chacun de ces allers-retours (« tic-tac ») est appelé oscillation. L’oscillation est divisée en deux alternances.

Composé d’une masse annulaire (serge) tenue par des bras, c’est avec le spiral l’organe régulateur de la montre.

Synonyme de dimension. En horlogerie ce terme est cité par Sully vers 1715 pour désigner la disposition et les dimensions des différentes parties du mouvement, piliers, roues, barillet, etc. Le terme a été employé ensuite pour désigner la forme du mouvement, des ponts, l’origine de la montre ou le nom de son constructeur, etc.

Aujourd’hui, il désigne le mouvement lui-même.

Un calibre dont les ponts et les rouages sont placés sous le cadran en lieu et place de la platine est appelé calibre renversé.

HAUTE HORLOGERIE & COMPLICATIONS